Publié le 23 Mai 2011 sur ITRNEWS.com Le 24 avril dernier, EC2, le service de Cloud Computing, fourni par Amazon, tombe en panne et paralyse des milliers d’entreprises, parmi lesquelles certains leaders du web tel que Foursquare et Quora. Cette panne sonne comme un coup de tonnerre, alors que les mastodontes du service informatique investissent tous les espaces publicitaires pour convaincre, professionnels et grand public, du bienfondé du Cloud Computing.

  • PARTAGEZ CETTE PAGE:
  • Twitter
  • Linked In
  • Viadeo

Laurent Azoulay et Eric Melki, Directeurs associés de Filnet

Le zéro panne est un fantasme

Chacun le sait bien, le « zéro panne » est un fantasme. Comme ce 24 avril, l’erreur humaine est le premier facteur de risque. L’envie de bien faire, l’incompréhension entre le client et le fournisseur, l’erreur de transmission au sein des équipes du fournisseur : ces détails dérèglent des machines initialement conçues pour ne jamais faillir. Ces facteurs de risquent rappellent aussi que fournir du service technologique reste un métier fondamentalement humain, dépendant des relations entre deux personnes essentielles, le client et son fournisseur.
 
 
Tenons-le également pour acquis : le Cloud Computing est en marche, et rien ne l’arrêtera. La plupart des entreprises ne veulent pas devenir des experts en technologie de l’information. Mais, la plupart des entreprises veulent le meilleur des technologies de l’information. Le Cloud Computing répond à cette contradiction aussi risible qu’humaine, et met à la location les meilleures solutions technologiques, et les ingénieurs pour les maîtriser et les mettre à jour. Tant que l’envie de technologies à jour ne se tarira, le Cloud Computing poursuivra sa progression.
 
 

La réaction d'Amazon : un déni de proximité

Deux jours après la panne, le 26 avril, Amazon tente l’apaisement et annonce un chiffre équivoque : 0,07% des données confiées à EC2 ont été perdues. Ce chiffre est rassurant, mais oublie que l’information est une donnée qualitative, et non pas quantitative. Sur un même méga octet de données peuvent être mémorisées les photographies du dernier séminaire de formation interne, importantes mais dont la disparition ne met rien en péril, et les coordonnées des clients, moins ludiques mais capitales pour la pérennité de l’entreprise.
 
 
Cette équivoque révèle l’enjeu qui se dresse désormais devant chaque décideur : la subjectivité de la valeur de l’information, et l’intersubjectivité, ou confiance, qu’elle suppose. Remettre un objet de valeur, physique ou virtuel, à un tiers, suppose avant tout que l’on s’accorde sur la valeur de l’objet. Comment confier des données à un prestataire qui par essence, ne peut avoir de jugement de valeur sur les octets qu’il stocke ?
 

Le Cloud a besoin de confiance

Pour nous qui apportons des solutions informatiques aux entreprises depuis plusieurs années, le 24 avril 2011 restera comme une date historique, celle du retour au cœur de nos enjeux de la confiance et de la subjectivité. Après avoir cherché à identifier des Cloud de confiance, les décideurs ont désormais la charge de trouver des hommes et des femmes de confiance.
 
A propos de :
Filnet est la marque des solutions en Cloud Computing du Groupe Infoclip. Filnet propose toutes les solutions utiles au business des entreprises, disponibles sur un seul portail web. Infoclip est une SSII fondée il y a plus de 20 ans, partenaire reconnue des éditeurs de solutions (Microsft, Sage, SAP), experte en solutions IT pour PME.

  • PARTAGEZ CETTE PAGE:
  • Twitter
  • Linked In
  • Viadeo

-